Les falaises

Falaises_OHSur le territoire de la réserve naturelle, bien que les zones rocheuses s’étendent sur 10 hectares, les falaises verticales sont relativement rares.

Ce milieu est peu propice au développement des végétaux, mais on retrouve quand même quelques espèces très spécialisées et adaptées à ces conditions, dont certaines sont patrimoniales.

 

Nombril de Vénus

Nombril de Vénus

Asarine couchée

Asarine couchée

L’asarine couchée, par exemple, se développe dans les interstices rocheux et se trouve ici à la limite Nord de son aire de répartition. Outre cette plante remarquable, on peut signaler la présence d’autres espèces, comme l’œillet du granite. Le nombril de Vénus et autres orpins sont des plantes dites « grasses ». Elles ont la particularité de pouvoir stocker l’eau et d’en limiter la déperdition, dans leurs feuilles petites et épaisses. Cet avantage n’est pas négligeable quand on vit sur un substrat ou l’eau ne peut pas pénétrer.

 

Hibou grand-ducCôté faune, le grand-duc d’Europe niche dans les gorges. Avec une envergure pouvant dépasser 1,80m, c’est le plus grand rapace nocturne d’Europe. Il se nourrit de mammifères et d’oiseaux qu’il chasse à la nuit tombée lors d’un vol silencieux.