Retour sur l’inventaire des libellules (2013-2014)

En 2013 et 2014, un inventaire exhaustif été réalisé sur les berges du fleuve et des cours d’eau de la Réserve Naturelle Régionale des gorges de la Loire afin de faire connaître qualitativement les espèces de libellules en présence.

Ces insectes ont un grand intérêt à la fois sur le plan écologique et patrimonial. Ils sont particulièrement intéressants à étudier car leur suivi est plutôt facile et ils constituent de bons indicateurs de la qualité des milieux aquatiques.

Les observations précédentes avaient montré la présence de 20 espèces sur la réserve dont 3 avec une forte valeur patrimoniale : le sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum), le sympétrum du Piémont (Sympetrum pedemontanum) et la cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii).

L’inventaire a permis de confirmer la présence des 20 espèces connues sur le site et d’identifier 5 nouvelles espèces dont le caloptéryx occitan (Calopteryx xanthostoma). Ce dernier n’est observé que depuis peu dans le département.

Parmi les 25 espèces recensées, au moins 11 se reproduisent sur place de manière certaine, dont 3 espèces patrimoniales. La cordulie à corps fin : espèce protégée, elle est extrêmement rare dans le département. À ce jour, elle a été observée uniquement dans les gorges de la Loire et sur la rivière Lignon. Le sympétrum déprimé et le sympétrum du Piémont : espèces peu communes dans le département, l’inventaire a montré que l’embouchure de la rivière Lizeron était un site de reproduction majeur pour ces deux espèces avec plus d’une cinquantaine d’individus recensés pour chacune d’entre elles ! Leurs populations peuvent être considérées comme stables.

Sympetrum du Piémont

Sympetrum du Piémont

L’inventaire réalisé a enfin permis de repérer les sites les plus riches en libellules, à savoir le Grangent, le Lizeron et leurs embouchures. Les pentes douces de ces cours d’eau présentent une végétation de rive (ripisylve) particulièrement bien développée. Ces deux rivières sont très intéressantes pour les libellules puisque qu’elles qu’ils accueillent à la fois des espèces ubiquistes (présentes dans des milieux très différents), des espèces vivant au niveau des cours d’eau et des espèces des eaux stagnantes.