Suivi des libellules

Lors de la mise en oeuvre du premier plan de gestion, les gestionnaires de la réserve naturelle ont réalisé une étude sur le groupe des Odonates (les libellules et demoiselles). Cette étude avait permis de mettre en évidence la présence de trois espèces à forte valeur patrimoniale :
• La cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii)
• Le sympétrum du Piémont (Sympetrum pedemontanum)
• Le sympétrum déprimé (Sympetrum depressiusculum)

cordulie-a-corps-fin

Cordulie à corps fin © Ludovic Tailland / FNE Loire

L’étude menée en 2013-2014 avait permis d’établir la présence de ces espèces mais leur état de conservation n’avait pas pu être évalué. En 2018, les gestionnaires ont donc engagé une nouvelle étude afin d’évaluer l’état de conservation des populations et d’identifier les zones de reproduction.
La méthode d’inventaire a nécessité un repérage préliminaire des habitats. Trois campagnes de recherche ont ensuite été effectuées en période estivale en recherchant les individus adultes ainsi que les exuvies (mues).

sympetrum du Piémont

Sympétrum du Piémont © Yoann Boeglin / FNE Loire

carte de prospection libellulesL’analyse des résultats a permis d’établir des cartographies précises de chaque population mais aussi d’évaluer les effectifs de chaque espèce.

La cordulie à corps fin présente des effectifs faibles qui sont probablement liés à la sous-détection de l’espèce qui est très discrète à l’état adulte ; mais aussi au contexte du site qui est défavorable à cette libellule (variations d’eau liées au barrage de Grangent).

Les deux sympétrum présentent des effectifs assez importants sur les trois cours d’eau de la réserve, notamment sur le Lizeron et l’Ondaine. Leur reproduction a été attestée sur la plupart des secteurs étudiés.

Cette étude s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du plan d’action Odonates et a été menée avec l’appui du groupe Sympetrum. Ce suivi se poursuivra en 2019 et 2021 selon la même méthode afin de comprendre la dynamique des populations.
logo-groupe-sympetrum